8 Mars

8 MARS 2021 : UNE MARCHE ET TROIS DRAPEAUX HISSÉS POUR LES DROITS DES FEMMES

Publié le Mis à jour le

Lundi 8 mars, le collectif Sanblé pour palantjé dwa fanm initié par l’UFM a défilé dans les rues de Fort-de-France pour la journée internationale de luttes de droits des femmes. Une centaine de personnes, mobilisées pour l’occasion, a formé la chaîne de la solidarité au son des tambours avant des hisser trois drapeaux sur les 8 mars. Par cette action fédératrice, les différents associations et syndicats* espèrent à faire avancer les mentalités sur les droits des femmes dans notre pays.

En marge de cette action, l’UFM a posé des panneaux de revendications sur les grilles de la mairie de Fort-de-France, de l’Espace Camille Darsières, du marché et du Bd général de Gaulle. Une mini-exposition sur l’historique du 8 mars et lesactions de l’UFM est visible à la Maison des Syndicats jusqu’à la fin du mois de mars. Enfin, une conférence en ligne regroupant 15 féministes de différents pays, dont Angela Davis, a été suivie par 85 personnes.

*Le collectif est composé de :

  1. ALEFPA ;
  2. Association Saint-Georges de la Batelière ;
  3. Artis an nô ;
  4. Bâtons rouges de Ducos ;
  5. CDMT ;
  6. Chemin d’avenir ;
  7. CGTM ;
  8. Cœur Santé Martinique ;
  9. Inner Wheel ;
  10. KAP Caraïbes ;
  11. Ma tété ;
  12. SNES FSU ;
  13. FSU ;
  14. UPEM.

8 MARS : UN COLLECTIF POUR HISSER LES DROITS DES FEMMES

Publié le Mis à jour le

A l’occasion de la Journée internationale de lutte des droits des femmes, l’Union des Femmes de Martinique (UFM) a mobilisé 14 associations et syndicats. Réunis sous la bannière du collectif, Sanblé pou palantjé dwa fanm, les militant·es organisent une marche symbolique. Cette « chaîne humaine » partira ce lundi 8 mars de la Maison des syndicats à Fort-de-France à 17h30 et arrivera sur le front de mer duquel des drapeaux qui célèbrent et revendiquent les droits des femmes seront hissés. 

La veille, le dimanche 7 mars à 14 h, l’UFM invite les féministes et symapthisant·es à participer à une visio-conférence internationale en présence de nombreuses féministes du monde dont Angela Davis : « Oliwon latè, fanm ka goumen ».

À l’occasion de cette journée spéciale, l’UFM appelle au rassemblement le plus large possible pour poursuivre activement la lutte pour les droits des femmes. C’est ensemble et solidairement, autour d’une idée : l’urgente nécessité de continuer à se mobiliser pour revendiquer les droits des femmes, que nous ferons avancer notre société!

8 mars : deux rendez-vous inédits

  • Lundi 8 mars 17h30, Maison des syndicats (Fort-de-France)  
    •  Marche aux flambeaux de la Maison des syndicats au front de mer.

15 organisations unies pour un 8 mars fédérateur

Pour la première fois en Martinique, 15 associations, syndicats, différents les uns des autres, forment un Sanblé pou palantjé dwa fanm autour d’une idée commune. La nécessité de continuer à revendiquer ardemment et ensemble les droits des femmes est apparue urgente à :ALEFPA ; Association Saint-Georges de la Batelière ; Artis an nô ; Bâtons rouges de Ducos ; CDMT ; Chemin d’avenir ; CGTM ; Cœur Santé Martinique ; Inner Wheel ; KAP Caraïbes ; Ma tété ; SNES FSU ; FSU ; UPEM.

Les droits des femmes sont loin d’être respectés

Incestes, viols… l’actualité nous montre combien les droits des femmes les plus élémentaires sont encore bafoués malgré le travail de fond que mènent les associations féministes. Les violences sexuelles sont importantes et leurs terribles conséquences pour les victimes se manifestent à tout âge, tout au long de leurs vies. 

Aussi bien à la maison que dans l’espace public, partout le sexisme à l’égard des femmes est vivace. Dans le cercle privé, le partage des tâches ménagères et d’éducation, les soins aux aîné·es incombent aux femmes. 

Au travail, les emplois précaires, les bas salaires, les inégalités, les agressions sexuelles soient toujours le lot des femmes. Dans l’espace public, des remarques, attitudes et injures sexistes, lesbophobes, transphobes… fusent encore contre des cibles stéréotypées… Ces violences, sexuelles ou non, impactent aussi la société toute entière. L’enjeu est aussi sociétal car les femmes sont souvent les premières victimes : droit à la santé, reconnaissance des méfaits connus et à venir du chlordécone, droit à une vie décente, à des services publics de qualité…

8 mars, Journée internationale pour les Droits des Femmes

Publié le Mis à jour le

DISONS HAUT ET FORT….. STOP !

Dans le monde entier, les femmes luttent et ont toujours lutté. C’est ainsi qu’elles ont pu faire progresser notoirement leur condition. Mais les attaques se multiplient : nous disons haut et fort Stop !

Stop à la précarité, aux bas salaires, aux discriminations, au racisme !

  • Une femme gagne en moyenne 25 % de moins qu’un homme.

Exigeons l’égalité salariale

Stop d’assumer presque seules les tâches domestiques, l’éducation des enfants, le soin aux plus ancien.nes !

  • À la maison les choses évoluent, mais lentement
  • 80 % des tâches ménagères sont toujours assurées par les femmes qui consacrent environ 1h30 de plus que les hommes, par jour.

Contre la double journée, pour le partage des tâches,

Faisons la grève du balai

et offrons nous du temps libre !

Stop au capitalisme néo libéral qui fait disparaître nos services publics : hôpitaux, maternités, écoles….fragilise  nos retraites !

  • la politique d’austérité et de désinvestissement dans les secteurs publics met en péril notre santé (démantèlement de l’hôpital public, délais des RDV de consultations médicales…) tire le niveau de vie encore plus vers le bas
  • les problèmes de transport pénalisent davantage les personnes en situation précaire que sont les femmes, les jeunes ,et les chômeur.ses).
  • la retraite par points est une régression sociale pour toutes et tous , les femmes en première ligne de cette régression

Rejoignons les mobilisations citoyennes,

adhérons aux organisations syndicales

Investissons les instances décisionnelles, Faisons entendre nos voix!

Stop aux injures, aux coups, aux violences au harcèlement, aux viols, aux assassinats, aux féminicides !

Déconstruisons les stéréotypes,

le terreau des violences faites aux femmes.

Stop au dérèglement climatique et à ses conséquences !

  • Les changements climatiques sont l’un des plus grands défis de notre siècle, tout comme l’est le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Ces deux combats vont de pair.
  • Les conséquences du Chlordécone sont néfastes pour les femmes comme pour les hommes
  • On estime que le risque de décès par les désastres naturels est 14 fois plus élevé chez les femmes et les enfants

Agir pour les femmes et pour l’égalité, c’est accélérer la lutte contre le changement climatique.

Découvrez ici notre programme d’actions du 8 mars

RDV sur notre site évènement pour voir nos photos 

NON aux récupérations commerciales,
le 8 mars doit rester une journée militante !

TRACT 8 MARS 2020 5 bis - verso - 2

8 Mars 2020 : nos revendications

Publié le Mis à jour le

Pour nous faire entendre, des banderoles ont été mises sur de nombreux sites sur toute l’île.

Ouvrez les yeux 👀, vous êtes peut-être tout près d’une d’entre elle!

1 - UFM Banderole arrêtez promo


2 - UFM Banderole Nou pé fèyi MODIF


Sans nom-1


Sans nom-1


Sans nom-1


7 - UFM Banderole retraite à point


8 - UFM Banderole Kant et Kant MODIF


9 - UFM Banderole Changer le modèle


10 - UFM Banderole la planète IMP


11 - UFM Banderole kant et kant déboulonner MODIF


12 - UFM Banderole lutter c'est avancer