Mesures gouvernementales récentes, l’UFM a réagit :

Publié le Mis à jour le

Congé paternité : une mesure qui va dans le bon sens

L’UFM pense que le doublement de la durée du congé paternité en France, à partir de juillet 2021, en passant de 14 à 28 jours, va dans le bon sens.

Elle devrait participer à l’implication des pères dans l’éducation des enfants, et le partage plus équitable des tâches familiales. Il sera aussi un élément pour plus d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, puisque le congé de maternité est souvent un frein à la carrière des femmes.

Mais l’exemple d’autre pays montre que même avec cette mesure, la France reste en-deçà de ce qu’il est possible de faire pour une véritable égalité entre les femmes et les hommes.

  • Il est essentiel qu’il soit réellement accessible à tous, par une indemnisation correcte pour tous les hommes, quelque soit leur statut. Actuellement le taux de recours est bien plus élevé chez les salariés en CDI et les fonctionnaires (80 et 88 %), contre 48 % chez les pères en CDD et 13 % pour les demandeurs d’emploi.
  • Dans ces conditions, il serait permis d’avoir une durée obligatoire plus longue au lieu des 7 jours décidés.
  • Dans certains pays (notamment du nord de l’Europe), le congé parental est beaucoup plus long, et partageable entre les parents.
  • Le congé de paternité est un des aspects de la politique familiale, et une réflexion plus globale, notamment sur l’accueil de la petite enfance doit être menée.

Enfin la mise en place du bracelet anti-rapprochement pour les auteurs de violences à partir de vendredi 25 septembre.

Cette mesure était réclamée depuis des années par les associations luttant contre les violences contre les femmes, parce qu’elle avait fait ses preuves en Espagne.

Ce dispositif permet de les géolocaliser et de déclencher un système d’alerte lorsque les conjoints ou ex-conjoints violents s’approchent de leur victime, et de déclencher un système d’alerte lorsque ces derniers s’approchent au-delà d’un périmètre défini de leur victime. Si le porteur du bracelet s’approche trop, il sera immédiatement contacté par une plate-forme de téléassistance. Et, s’il ne répond pas ou ne rebrousse pas chemin, les forces de l’ordre seront alertées.

Ce dispositif de sécurité est une promesse du Grenelle contre les violences envers les femmes.
L’UFM se félicite de la mise en place du dispositif, qui doit aider à sécuriser les victimes.

Nous connaissons connaissons à la Maison de Solange, espace d’accueil et d’accompagnement pour les femmes victimes de violences de l’UFM, l’angoisse de nombreuses femmes qui nous racontent le harcèlement qu’elles endurent de la part de leur conjoint ou ex-conjoint : il peut souvent impunément les suivre partout, les précéder dans leurs lieux habituels, roder autour de leur maison ou même entrer en leur absence, les pister dans le parking de leur travail, détériorer leurs biens personnels, les agresser …

Les conséquences en sont une obligation de se cacher, une vie dans la peur permanente. Cette mesure permettra de les rassurer, par une mise à l’abri en cas d’alerte, et en étant aussi dissuasive pour les auteurs ou ex-auteurs.
Nous regrettons qu’aucun territoire des outremers n’ait été choisi pour la période de test, notamment pour juger du délai réel de réponse des forces de l’ordre en cas d’infraction. Et espérons que le dispositif sera aussi effectif chez nous avant le 31 décembre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s