Campagne 2011: VIOLENCES SEXUELLES : Pa pè, pa wont, Fok palé di sa !

Publié le

Affiche campagne violences 2011

VIOLENCES SEXUELLES :  PA PE, PA WONT , KRYIE EEE!
Trop c’est trop… stop

Pour cette 11ème campagne pour l’élimination des violences envers les femmes, l’Union des Femmes de la Martinique s’insurge, tire la sonnette d’alarme,  contre  ces crimes qui se commettent « en ba fèye ».

La violence sexuelle ce n’est pas « un désir d’un homme pour une femme »
C’est un acte de domination masculine, c’est refuser d’admettre qu’une femme est libre de disposer de son corps, libre de dire NON…
La violence sexuelle laisse des traces indélébiles et brise la vie d’une petite fille, d’une adolescente, d’une femme…d’une mère, d’une sœur, d’une proche…
La violence sexuelle, c’est tout acte sexuel qui se fait sans le consentement de l’autre, tout acte sexuel qui est forcé, obligé : elle est punie par la loi.

MAIS, La violence sexuelle est cachée, pas assez dénoncée et pourtant :

  • Une jeune fille, une femme qui ne porte  pas plainte n’est pas « contente » de son sort, elle est détruite.
  • Elle ne parle pas après cette violation de son intégrité physique et psychique, elle est en état de sidération, de vide, de détresse.
  • Elle a souvent honte, elle a peur, elle se culpabilise mais elle est une victime.

La moitié des viols et de l’ensemble des violences sexuelles sont commis par une personne connue. Il n’est pas facile de raconter dans un froid bureau, devant des étrangers  son histoire, les détails crus d’un viol, montrer les traces ou les coups laissés comme mémoire par le ou les agresseurs.

Qu’est-ce que les violences sexuelles ?

  • la petite fille à qui l’on fait des attouchements
  • l’adolescente à qui l’on met la main aux fesses, qu’on caresse en forçant
  • la jeune fille obligée de raser les murs à cause des sifflets dans la rue,
  • l’épouse contrainte « d’accomplir son devoir conjugal »,
  • la femme qu’on harcèle par téléphone avec des propos sexuels crus
  • la salariée victime de harcèlement sexuel de la part de son patron ou d’un collègue,
  • le viol commis par un parent ou un inconnu,
  • les filles qu’on veut marier de force,
  • la femme ou jeune fille martiniquaise ou migrante  « embarquée » dans  la spirale de la prostitution,
  • l’horreur des viols commis pendant les guerres, dans les camps d’hébergement « provisoires »…

STOP : 90% de ces violences non déclarées.

Il est temps de lever le tabou, de dénoncer les idées reçues, d’aider les victimes, de briser le silence

Elles sont des victimes et non des coupables

Une femme a le droit de s’habiller comme elle le désire, de se promener où et quand elle l’entend sans pour cela se faire violer, « Non, elle ne l’a pas cherché »
Une femme a le droit de dire NON !
NE SOYONS PAS COMPLICES DE CES CRIMES

Que faire ?

  • Chacune, chacun d’entre nous quel que se soit le lieu, la fonction, peut aider la victime à parler, lui témoigner sa solidarité, sans la juger, l’accompagner vers des professionnel-les de l’écoute,
  • Chacune, chacun d’entre nous peut dénoncer les comportements sexistes qui perdurent dans tous les domaines (publicité, politique…),
  • Chacune, chacun peut apprendre aux enfants à respecter le corps et les choix de l’Autre, doit oser dire la richesse d’une sexualité consentie par les deux partenaires,

Ensemble toutes et tous,  nous devons faire que l’élimination de toutes les violences envers les femmes soient intégrées aux politiques publiques locales,

Ensemble toutes et tous nous devons crier, mêler  nos voix à celles de toutes les féministes  qui luttent pour la mise en œuvre de cette loi cadre, prenant  en compte toutes les formes de violences faites aux femmes  à la maison, dans la rue, au travail, etc

TAN RIVE POU NOU KRIYE « PA PE, PA WONT, OU PE PALE, NOU LA EPI OU ! »


– vendredi 18 novembre 15h :
  inauguration de l’exposition Rejoignez-nous dans nos rendez-vous pour la campagne :

« Pa pè, pa wont, kriyé anmwééééé »

– samedi 19 novembre 8h-13h : animation dans la rue piétonne à Fort de France – temps fort à 10h

– vendredi 25 novembre 18h : journée internationale pour l’élimination des violences envers les femmes, toutes et tous sur le bord de mer de Fort de France à 18h
– Samedi 26 novembre : Caravane nord Martinique. départ 6h30 au 17 de la rue Lamartine

Vous êtes victime de violence, de harcèlement, dans votre couple, sur votre lieu de travail …
Notre Espace d’Ecoute, d’Information, et d’Accompagnement à votre disposition :
17 rue Lamartine – 97200 Fort de France – ( : 0596 71 26 26  –  2 : 0596 63 65 19
Web : http://www.unionfemmesmartinique.com – E-mail : u.femmesmartinique@wanadoo.fr
Ouvert le lundi, mercredi, vendredi de 8h30 à 16h00 – mardi et jeudi de 8h30 à 12h00

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s