1er mai 2016 : Journée internationale de lutte des travailleurs-ses

Publié le

« LES FEMMES AVANCENT… NON AU RECUL DE LEURS DROITS !!! »

Comme chaque 1er mai, nous sommes dans la rue aux cotés des organisations de travailleurs et travailleuses, pour préserver les droits des femmes.
Cette année, contre la régression sociale, pour la dignité, avec les syndicats de Martinique,  tirons la sonnette d’alarme et mobilisons-nous ensemble :

L’UFM veut appeler l’attention sur les enjeux importants de la  » loi travail », le projet El Khomri, toujours en discussion au gouvernement.
Ce projet de loi est la plus grave atteinte au droit du travail depuis le début de la législation du travail.
Et il met encore plus les femmes, en position d’inégalité dans le monde du travail.

x Une loi antisociale, avec des effets encore plus désastreux chez nous vu le chômage et la précarité existants.

Les accords d’entreprise qui priment sur les accords de branche, des heures supplémentaires qui ne sont plus majorées, l’annualisation des horaires sur 3 ans,  travailler 12 heures par jour par « simple accord », 3 CDD de suite autorisés au lieu de deux, paiement à la tâche sans référence au Smic, plus de plancher de 24 heures pour les temps partiels, licenciement facilité… Or :

  • Ce sont en majorité les femmes qui travaillent dans les PME et les TPME,
  • Ce sont en majorité les femmes qui travaillent à temps partiel
  • Ce sont en majorité les femmes qui travaillent à horaires variables

– Ce qui va aggraver la conciliation vie professionnelle-vie familiale des femmes, où elles réalisent près de 2/3 des tâches ménagères et où l’éducation des enfants repose en majorité sur elles.

– Une fois encore, la condition des femmes dans le monde du travail n’est pas prise en compte, et le patronat (sous couvert d’une plus grande flexibilité) met les femmes dans une situation de précarité accrue.

x  Une mise à mal du principe « à travail égal, salaire égal » : Ce slogan repris par les associations féministes depuis de nombreuses années est mis à mal dans les différents articles du projet de loi.

  • Ses principes sont fondamentalement nuisibles à la lutte pour l’égalité professionnelle, qui n’a avancé, qu’imposée par la loi et sous la pression des luttes féministes, sans merci, depuis des décennies.

x Une loi qui remet en cause la réparation du préjudice en cas de licenciement discriminatoire

  • Ce sont en majorité les femmes qui sont harcelées, et isolées, et qui n’ont trop souvent d’autre solution que de quitter leur emploi.
  • Les indemnités légales de licenciement (venant réparer un préjudice, conséquence d’un licenciement prononcé en violation du droit) sont de fait plafonnées, sans rapport avec le préjudice réel

La loi veut faire disparaitre des luttes solidaires arrachées au patronat et aux gouvernements capitalistes et impérialistes successifs après d’âpres négociations. Elle va à l’encontre des objectifs sociaux de développement durable à l’horizon 2030 de l’O.N.U adoptés par les 193 états membres, dont la France, en septembre 2015.

  • Pour permettre aux jeunes femmes d’accéder aux métiers de leur choix
  • Pour ne pas rester cantonner dans l’acceptation de la domination patriarcale
  • Pour faire évoluer notre société vers un monde plus juste, signez les pétions contre ce projet de loi

Soyons solidaires et continuons de défendre les droits des femmes !

Union des Femmes de Martinique
1er Mai 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s