Novembre 2014 : Inauguration de la Maison de Solange

Publié le Mis à jour le

Inauguration du premier Accueil de jour départemental pour femmes victimes de violences.
Lundi 24 novembre 2014

Dans les années 90, à la faveur d’une présence permanente au siège de l’UFM, nous nous rendions compte de l’importance des violences conjugales chez nous, à travers les appels de femmes à bout de souffle ne sachant à qui s’adresser et cherchant du secours, ceux de la police et la gendarmerie recherchant à aider à se loger des femmes à la rue.

Un phénomène que tout le monde connaissait, et que tout le monde acceptait comme une fatalité, comme du ressort du privé. Jusque-là nous essayions d’aider quelques femmes du mieux que nous pouvions, de façon individuelle, avec nos moyens y compris personnels.

En 1999, c’est à la faveur d’une action militante avec 2 femmes qui nous étaient arrivées en même temps, toutes les 2 enceintes et avec des enfants en bas âge, que nous avons interpellé le préfet de l’époque sur la nécessité d’avoir de lieux d’accueil reconnus, organisés et financés, et que l’UFM, association féministe jusqu’alors uniquement militante, se voyait confier la mise en place de structures d’accueil.

C’est ainsi qu’après de nombreuses nuits blanches de montage de dossier par les bénévoles que nous sommes, naissait en février 2000  l’espace d’écoute, d’information et d’accompagnement de la rue Lamartine, dénommé Espace Jane Lero

Puis en Mai le 1° CHRS maintenant géré par l’Alefpa Rosanie Soleil.

Avec des professionnelles du social, qui ont acquis une compétence dans l’accompagnement des femmes victimes de violences, et de toutes les violences.

Comme vous l’avez dit lors de la conférence de presse d’ouverture de la campagne 2014 pour l’élimination des violences envers les femmes, la semaine dernière, et comme nous le savons, ces violences continuent d’exister et dans une proportion beaucoup plus importante qu’on ne le croit (4 800 passages en 2013 à l’Espace d’écoute : appels + venues, plus de 500 nouvelles femmes venues).

Cela veut dire des souffrances de femmes physiques, sexuelles, psychologiques, économiques, et qui perdurent longtemps.

Parce qu’on le sait bien, personne ne sort indemne de menaces de mort répétées, de brimades vécues pendant des années, de coups reçus au ventre, à la poitrine, de viols passés dans le secret de la chambre conjugale, d’isolement de sa famille, de galère sans argent pour soi et les enfants, pour ne citer que quelques exemples concrets.

Alors oui, en attendant un changement des mentalités pour lequel nous agissons résolument, il est nécessaire de développer des lieux d’accueil pour toutes ces femmes victimes de violences.

Ce nouveau lieu, l’accueil de jour, obtenu après l’appel à projet d’avril 2012 et qui fonctionne depuis déjà plusieurs mois, vient compléter le dispositif d’accueil des femmes victimes de violences.

 

Qu’est-ce qui fait la différence avec notre espace d’écoute, d’information et d’accompagnement ?

Avec la maison de Solange, nous leur proposons, à elles et à leurs enfants un espace ouvert où elles peuvent venir se ressourcer individuellement, mais aussi et c’est important collectivement, que ce soit avant qu’elles aient pris toute décision pour sortir de leur situation de souffrance, mais aussi après la phase aigüe, où on a besoin d’être épaulée.

Ce lieu où elles peuvent venir bien après, parce qu’elles ont un coup de blues, besoin d’un conseil, d’une aide administrative. Ce lieu les ateliers collectifs mis en place, contribuent à les aider à réapprendre l’estime d’elles-mêmes bien souvent mise à mal.

Cet espace permet aussi de recevoir des femmes ayant quitté leur domicile à l’insu du conjoint pour partir.

 

Pourquoi la maison de Solange ?

D’abord nous avons choisi « Maison » comme un lieu d’accueil convivial où on se sent bien, où on se détend, où on a envie de revenir, où on se sent presqu’en famille.

 

Le nom de cet espace a été choisi en hommage à Solange Fitte Duval,

Solange Fitte Duval,Fanm acoma

Solange est née à Saint-Esprit le 25 août 1921. Membre du parti communiste martiniquais depuis 1946. Femme d’engagement et de conviction, elle a été  la  présidente de l’Union des femmes de la Martinique de 1973 à 1993.

Celle qui a relancé et développé l’Union des femmes de Martinique après un passage à vide que connaissait l’association après le décès de Jane Lero et des difficultés liées au départ de Césaire du parti communiste.

Avec opiniâtreté, et sans compter ses heures, elle rassemble les quelques femmes des comités existants ou vivotant, ceux du Saint-esprit, du morne rouge, du macouba, du lamentin et ensemble elles remontent d’autres comités dans d’autres communes, et avec du sang neuf font vivre cette association pour la défense des droits des femmes et des enfants et pour la défense de l’identité martiniquaise.
Mais elle n’a pas été que cela, si on peut dire.

Nous offrons à cet accueil de jour son nom, pas seulement donc en hommage à la dirigeante de l’UFM, mais aussi comme celui d’une femme ancrée dans son pays, engagée et courageuse, qui a affronté de nombreuses difficultés et de nombreux challenges, un modèle positif de femme qui a participé à l’histoire de notre pays et dont nous avons bien besoin dans notre société martiniquaise auprès des femmes, auprès des jeunes aussi.

La fréquentation de cet accueil de jour ne dépend pas seulement des femmes qui viennent à l’espace d’écoute, mais aussi de tout le réseau social et soignant de Martinique à l’exemple des CCAS, l’ALEFPA, etc.

Depuis son ouverture en Janvier 2014, l’Accueil de jour à reçu de nombreuses femmes qui sont parfois venues avec leurs enfants.

Elles ont pu bénéficier de services très diversifiés ayant pour but la sortie de situation d’isolement et la reconstruction sociale.

Ainsi, sur place, une secrétaire accueillante et une intervenante sociale composent l’équipe permanente, à laquelle peut se rajouter des intervenant(e)s extérieurs pour la réalisation d’ateliers.

Les femmes reçues ont donc accès à des espaces répondant à leurs besoins quotidiens : sanitaires, cuisine, laverie, coin jeux pour les enfants, bagagerie, bibliothèque, téléphone, internet, ordinateur, chambres et douches ; et ont également accès à des ateliers collectifs tels que : Insertion Professionnelle / Aide administrative/ Initiation à l’informatique / Sophrologie / Groupe de Parole …

Infos pratiques :

Ouvert :

– Le Lundi, Mercredi et Jeudi de 8h30 à 16h00

– Le Mardi et Vendredi de 8h30 à 13h00

 Sauf en cas d’urgence ou d’animation  d’ateliers

Adresse : 34 Avenue de Coridon, Résidence Pitaya, 1er Etage Porte 1
97200 Fort de France
Tel : 0696 29 29 03

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s