Poeme : Femme de mon pays

Publié le

Femme de mon pays

Ta détresse drapée de blanc
Dans nos rues étonnamment discrètes
A ému.

Poteau mitan, proclamée,
Tu supportes, (en tous sens)
Mais aussi, contre vents et marées, tu protèges.

Puisse l’alchimie
De ton lait primordial
Nourrir à la fois nos fils
De ta puissance légendaire
Et de ton immense amour.


Georges Edragas,
un citoyen, un père, un mari

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s