Marche silencieuse du 31 Janvier 2009

Publié le

MARCHE SILENCIEUSE DU 31 JANVIER 2009DEPECHE DE L’A.F.P.  Une marche silencieuse dans les rues de Fort-de-France contre les violences conjugales
 FORT-DE-FRANCE, 31 jan 2009 (AFP) –
Entre 800 et 1200 personnes ont participé samedi à une marche silencieuse dans les rues de Fort-de-France (Martinique) pour protester contre les violences faites aux femmes, a contasté un correspondant de l’AFP.
L’appel à cette marche avait été lancé par l’Union des Femmes de la Martinique (UFM) après la mort de trois femmes victimes de violences conjugales, le week-end dernier dans trois communes de l’île (Sainte-Marie, Trinité et Case-Pilote).
Partis de la place Mgr Roméro, en face de la cathédrale de Fort-de-France, les manifestants, des femmes et des hommes tout de blanc vêtus, ont défilé en silence à travers les rues de la ville-capitale. Sur des pancartes portées par des femmes, on pouvait notamment lire le prénom des victimes des violences conjugales et sur une banderole en tête du cortège, « 1988-2008, 22 femmes  assassinées ».
Plusieurs personnalités de l’île (élus, artistes, syndicalistes) ont pris part à la marche silencieuse. Seule femme maire de Martinique, Jenny Dulys (app.UMP), venue du Morne-Rouge, était accompagnée d’une délégation de 25 femmes de sa commune.  « Nous en avons assez de ces violences et nous voulions dire qu’il faut que cela cesse » a indiqué Mme Dulys à l’AFP.
De son côté, la députée européenne atherine Néris (PS) a fait part de son indignation du peu d’implication des élus face aux violences dont sont victimes les femmes en Martinique.
Pour sa part, George Arnaud, la présidente de l’UFM a lancé un appel à « l’organisation immédiate des assises de la violence faite aux femmes ». Elle a en outre annoncé la constitution, jeudi prochain, d’un « collectif contre les violences faites aux femmes« .
Cette marche silencieuse avait été précédée d’un rassemblement sur la place Mgr Roméro où la chanteuse de Kassav Jocelyne Béroard a lu un poème en créole tiré d’un texte écrit et diffusé sur internet par un anonyme (« j’ai reçu des fleurs.. « ). Ce texte, qui évoque l’histoire d’une femme battue qui finit par mourir sous les coups de son compagnon, a provoqué une forte émotion dans la foule. Face au drame du week-end dernier, Jocelyne Béroard a manifesté son « trouble » et sa « douleur » face à « trois actes impensables ». « Où va-t-on ? » a t-elle lancé avant d’ajouter que « nous sommes tous responsables » et « qu’il y a « toute une éducation à refaire ».

 

Union des Femmes de Martinique

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s