LETTRE OUVERTE À UN MAGAZINE TÉLÉ, CONTRE LES BLAGUES SEXISTES

Publié le

Ainsi, malgré notre lettre de protestation du 23 avril 2009, et alors qu’une nouvelle victime  est toujours entre la vie et la mort à La Meynard, que son sang n’a pas encore séché sur le sol du parking d’Hyper U, vous récidivez. Vous publiez coup sur coup dans les numéros du 10 et du 17octobre de votre magazine deux lamentables « histoires drôles » dont les femmes font les frais !  

     Dans la première, un homme se trouve réduit à boire dans l’espoir de trouver jolie sa femme. Dans la deuxième, un homme (toujours !) annonce fièrement à sa femme qu’il l’a perdue au jeu volontairement, en trichant. On voit très bien la gradation ascendante et la relation de cause à effet : le pauvre homme, chassé de son foyer et réduit à l’état de poivrot par un laideron doté certainement d’un caractère à l’avenant, n’a d’autre issue que de s’en débarrasser en forçant un peu la chance et en la refilant à une autre dupe !

     Mais, vous le savez très bien, ce n’est pas ainsi que cela se passe : statistiquement, ce sont les femmes qui s’en vont, car elles ne supportent plus la situation que leur font certains hommes dans leur propre foyer alors qu’elles ont maintenant les moyens de dire « non ». Est-ce pour masquer ce fait insupportable que vous exhumez ce genre de blagues ?

     Comment vous expliquer encore qu’il ne faut pas monter les hommes et les femmes les uns contre les autres ? qu’il ne faut pas amener les femmes à se sentir hors la loi, hors la protection de la loi ? qu’il ne faut pas acculer les femmes, mais aussi les pères, les frères et les fils des victimes (elles en ont !) à se faire justice elles/eux-mêmes?

     En désespoir de cause, je vous invite à lire les passages suivants, tirés de la charte de l’association White Ribbon, association canadienne de lutte des HOMMES contre les violences faites aux femmes :

     « Désapprouvez ouvertement le comportement des hommes qui emploient des termes sexistes et font des blagues qui sont dégradantes pour les femmes.« Ce n’était qu’une farce … T’es pas capable de prendre une blague? » Les blagues sexistes et les expressions sexistes alimentent un climat dans lequel diverses formes de violence physiques et verbales ont été trop longtemps acceptées. Les blagues et les remarques qui avilissent les femmes ne sont pas neutres; au contraire, elles reflètent la réalité d’une société qui a historiquement fait des femmes des personnes de seconde classe, et en renvoyant les femmes à cette réalité, ils les mettent « à leur place », même si telle n’est pas l’intention de leur auteur. »

     J’ajoute ces conseils venant des mêmes :

« Ce que chaque homme peut faire pour aider à mettre fin à la violence faite par les hommes aux femmes…Écoutez les femmes… apprenez des femmes … Tout commence par la compréhension, et la compréhension commence par l’écoute. Qui pourrait être mieux placé pour connaître la violence faite aux femmes que les femmes qui la vivent? (…)

     Ayant posé la question, détendez-vous et écoutez. N’interrompez pas votre interlocutrice en vous demandant si telle ou telle chose aurait dû la déranger ou non… Dites-vous simplement que si elle vous dit que quelque chose lui a fait mal, cela lui a effectivement fait mal. »

     Voilà : avec ces mots venant d’hommes « comme vous », mais qui ont compris que les hommes n’ont pas besoin, pour être des hommes, « de contrôler ou de dominer les femmes, les enfants ou d’autres hommes », nous osons encore vous tendre la main et vous convier à construire ensemble d’un monde d’égalité et de respect réciproque où l’amour, la solidarité seront possibles. Serons-nous déçues encore une fois ? Serons-nous encore une fois rejetées dans le « no man’s land » de votre mépris et de votre violence?

Huguette Emmanuel Bellemare, éducatrice, militante de l’UFM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s