L’estime de soi – 2015

Publié le

1 – QU’EST CE QUE L’ESTIME DE SOI ?

Le concept de soi constitue l’ensemble des perceptions et des croyances que l’individu entretient au sujet de lui-même. Pour ce qui est de l’estime de soi, elle se définit comme étant le sentiment que la personne éprouve relativement à sa valeur en tant qu’être humain et l’anticipation qu’elle a d’être acceptée ou rejetée par les autres. C’est en quelque sorte la perception et la confiance en ses propres capacités, à l’égard de soi.

2 – COMMENT  SE DEVELOPPE L’ESTIME DE SOI ?

L’estime de soi se développe très tôt au cours de l’enfance et évolue tout au long de son parcours de vie.

Trois (3) piliers de l’estime de soi :

  • L’amour de soi: L’amour de soi est « donné » en majeure partie par notre famille en effet, il dépend de l’amour que nos parents nous prodiguent quand nous sommes enfants.
  • La vision de soi: La vision de soi est défini comme « le regard que l’on porte sur soi, cette évaluation, fondée ou non, que l’on se fait de ses qualités et de ses défauts ».
  • La confiance en soi: Être confiant, c’est penser que l’on est capable d’agir de manière adéquate dans les situations importantes. C’est la conséquence de l’amour de soi et de la vision de soi. On assimile souvent cette notion avec l’estime de soi.

3 – LA DEVALORISATION DE SOI

Lorsque qu’un individu souffre d’une dévalorisation de soi ou d’une mauvaise estime de soi, il a une mauvaise perception de ses propres valeurs et tendance à se comparer aux autres. Ainsi, ses défauts prennent une ampleur dommageable et l’individu développe une hypersensibilité face aux critiques, une perception négative de son corps (tenue vestimentaire négligée, boulimie, nervosité…..).  La dévalorisation de soi génère une certaine vulnérabilité chez les femmes, propice aux prédateurs !

4 – L’ESTIME DE SOI DANS LE CHAMP SOCIAL

  • La prévention de la violence passe par l’instauration d’une bonne image de soi et de son partenaire dans le couple, de son ou ses collègue(s) dans son activité professionnelle, des autres dans la société. Ainsi, l’individu n’aura pas besoin de recourir à la violence pour s’affirmer et évitera le risque d’en être victime.
  • Les médias contribuent fortement à renforcer les stéréotypes féminins et masculins, ainsi qu’à perpétuer les clichés sexistes traditionnels, perpétuent l’idée que les femmes sont impuissantes, normalisent la violence faite aux femmes.

L’UFM milite pour voir se développer au sein de la société martiniquaise une meilleure image d’elle-même. Ainsi, notre jeunesse pourra relever fièrement les défis qui s’annoncent.

Fort de France, le 28 avril 2015

Pour l’UFM,
Marie-Christine VARTEL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s