Annie, Liliane, Lucienne et les autres – 2009

Publié le

Ce samedi 11 décembre, elles sont venues à la Maison des Syndicats dans l’espoir d’une grande mobilisation. Elles ne comprennent pas qu’il y ait si peu de monde, elles sont déçues et attendent.
Nous en profitons pour faire connaissance : elles s’approchent, elles veulent toutes dire leur histoire de contrats aidés, elles veulent parler, elles veulent dire leur déception et leur souffrance.

Liliane a 45 ans, elle  travaille en contrat précaire depuis 1985 : « Toujours pareil, des contrats de 2 ans et après, un autre contrat ». Elle a une fille.
Annie aussi a 45 ans : « Depuis 1985, je travaille sur les écoles ; oui, depuis 2005 … Oui, j’ai un bac G1, vous savez, secrétariat … tant pis, tant pis pour moi …!”

Lucienne décidée, pas contente du tout du peu de manifestant-e-s : « J’ai commencé  en 1992 comme aide documentaliste en CES (contrat emploi solidarité); ensuite, on m’a donné un contrat avenir pendant 2 ans : je travaillais avec les enfants handicapés ; et là, j’étais en CAE jusqu’au 31 octobre. “

Andréa, un peu plus en retrait, le visage tiré, 40 ans, 2 anfants, BTS tourisme-loisirs : « Moi aussi, j’ai commencé comme CES dans un office de tourisme, ensuite, j’ai eu un contrat emploi jeunes et je suis en CAE depuis 2009. “
Stéphanie, debout au milieu de nous, écoute, elle a 29 ans,  
2 enfants et un bac STT comptabilité, travail dans une école

Linda a 40 ans et un bac G1 : « J’ai commencé en CES en 1992. Entre les contrats, j’ai fait des formations de toutes sortes : secrétariat, restauration … »

Stéphanie éclate en sanglots : « Tu sais, là, tu ne peux pas finir quelque chose. C’est aussi au détriment des enfants. Je me suis sentie les jambes coupées quand on m’a annoncé que je ne serais plus là » Elle pleure encore : « on m’avait dit 24 mois, alors tu es confiante ! »

Annie non plus ne peut retenir ses larmes : « J’étais confiante, je pensais qu’il y aurait du monde. Cela fait mal quand on s’épanouit dans ce que l’on fait. Je me sentais bien dans mon poste,  j’étais bien. Je faisais le secrétariat à l’école.” Elle pleure encore.


Liliane ajoute : “ Et on ne sait pas si on aura une indemnité en décembre. Tout le monde fait Noël mais pas nous. Avec la lenteur administrative, on nous dira que ce n’est pas pour maintenant. “
Et puis, ajoute Stéphanie, on a fait des projets..”

Olive, 57 ans : “ J’ai eu mon premier contrat en 2000, j’espérais un CDI. Au pôle emploi, on m’a dit qu’il faut attendre 6 mois pour avoir un nouveau contrat. » Essoufflée, elle ajoute : « j’ai couru pour arriver!”


Sarah a 37 ans et un bac pro secrétariat, elle travaille dans une école primaire depuis janvier : « Je me suis occupée des personnes âgées pendant 3 ans. J’ai été caissière par intérim. Je suis allée en France et là aussi, j’étais en intérim . »

Une réalité que nous connaissons bien et qui correspond à toutes ces statistiques qui ne bougent pas et qu’on a envie de transformer, d’inverser : les femmes sont majoritaires dans les emplois précaires, traditionnellement féminins; elles restent plus longtemps que les hommes au chômage longue durée et dans les contrats aidés.
Oui, ces statistiques, on les connaît depuis des lustres et ces femmes, elles sont bien là avec leur souffrance d’avoir été  trompée, d’avoir été utilisées et jetées. Elles sont là avec leurs inquiétudes pour le lendemain et leur frustration de ne pas pouvoir faire des projets.

Elles veulent travailler, pas toucher des allocations, des assedic minables ! Elles veulent se réveiller le matin, se dire et crier à la face du monde : « Je vais travailler et j’en suis fière, et mon travail est apprécié ! » Elles veulent participer à la vie de leur pays en donnant leur savoir faire, leur expériences, leur compétence, leur enthousiasme et leur dévouement.

Pour elles, pour leurs proches, pour nous, pour notre pays,
faisons en sorte qu’elles ne désespèrent pas, que toutes ces qualités ne soient pas perdues.

 Mobilisons-nous toutes, tous, et rejoignons le « Collectif des 5300 ».Contre la précarité et l’exclusion

Entretiens réalisés par George Arnauld, UFM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s