Martiniquaises-Immigrées « solidarité » – 2008

Publié le Mis à jour le

Les nouvelles lois sur l’immigration, plus dures que les anciennes contribuent à créer une société où la délation, le racisme et l’exploitation de la misère humaine sont « autorisés » !
Depuis quelques années, beaucoup d’étrangers en MARTINIQUE se sont vus déchirer leurs titres de séjour, interdire de les renouveler, ont été menacés, , malmenés verbalement dans les administrations préfectorales ou autres, alors que pour la plupart, ils vivent et travaillent  depuis longtemps en Martinique et ont fondé une famille.
Les femmes étrangères n’ont pas été épargnées, qu’elles soient célibataires ou mères de famille…..

L’UFM
engage avec  l’ASSOKA un combat auprès des instances préfectorales principalement pour aider des femmes pour la majorité Caribéennes, à retrouver leur dignité et leur place dans la société martiniquaise.
En effet, en plus de leurs difficultés à obtenir un titre de séjour, certaines femmes, mères parfois d’enfants de Martiniquais, doivent subir les violences, les menaces de leur ami, conjoint qui veulent les dénoncer et les forcent à faire tout ce qu’ils veulent.
ASSOKA et UFM luttant contre toutes les formes de dominations et de discriminations, sommes solidaires de toutes les étrangères visées par ces lois et nous revendiquons pour elles, le droit d’expression, le droit de se défendre, le droit à la dignité et au respect.  Réduites pour beaucoup à la clandestinité, bafouées, humiliées, elles subissent un chantage sexuel, un esclavage moderne que la politique d’immigration française par sa dureté, soutient.
Les agresseurs vivent et agissent en toute impunité, retournent les situations en leur faveur et savent exploiter l’isolement de ces femmes, leur détresse économique et psychologique.
Nous exigeons  :
Ø       La reconnaissance du droit de séjour pour ces femmes étrangères indépendamment de l’évolution de leur statut matrimonial, afin qu’elles soient libres de tout « chantage aux papiers »
Ø       Une lutte contre les discriminations racistes, sexistes et résidentielles dans tous les domaines, l’accès à la formation, à des emplois qualifiés et bien rémunérés, pour les femmes migrantes
Ø       L’accès aux dispositifs d’hébergement et de protection sociale quelle que soit la situation administrative de ces femmes.
Ø       Le respect des droits fondamentaux des femmes confrontées à des situations de violences, violences conjugales, familiales, traite des êtres humains, situation d’esclavage, notamment, quelle que soit leur situation administrative.
Ø       Le droit d’asile pour les femmes persécutées ou menacées en raison de leur sexe ou de leurs choix de vie.
Ø       Le droit pour ces femmes, avec ou sans papiers, d’être écoutées et de déposer plainte contre leurs agresseurs sans être jugées et humiliées par les instances policières.

Mars 2008 – muriel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s