L’ASSOKA

Publié le Mis à jour le

Quels sont les bienfondés de l’existence de l’association ASSOKA (Association de défense des droits des étrangers caribéens en Martinique) ?

    Le parlement européen a voté récemment et à l’unanimité le 18 juin dernier, une « directive retour » donnant la possibilité aux autorités de maintenir en détention tous étrangers en situation irrégulière et ceci jusqu’à 6 mois, voir même jusqu’à 18 mois avec un bannissement pour 5 ans, en cas de non « coopération » de ces derniers.
A l’annonce de cette directive plusieurs des dirigeants Latino-américains l’ont qualifiée de « directive de la honte » et ont appelé à une mobilisation internationale contre les conditions de retour forcé des immigrés illégaux dans leur pays d’origine.
Hugo Chavez, président vénézuélien, a menacé entre autre, de cesser les livraisons de pétrole vers les pays européens. Rafael Correa, président équatorien, appelle à un front commun de tous les pays latino américains contre cette directive, son allié Evo Morales, président bolivien à proposé à l’Afrique à se joindre à ce combat, pour obtenir le retrait d’une loi qui selon lui : « porte atteinte à la vie et aux droits des personnes ».
Force est de constater que l’Europe, souffre quelque peu « d’amnésie », en ce qui concerne l’immigration. En effet, c’est ce continent qui tout au long de son histoire a produit le plus grands nombre d’immigrants dirigées vers l’Afrique, l’Amérique, et l’Asie …, et ceci dans le but d’envahir piller, et coloniser, contrairement aux immigrants contemporains dirigés vers l’Europe qui eux n’aspirent qu’à une vie meilleure.
A Vincennes, suite à l’incendie du centre de détention, les collectifs alliés pour la défense des immigrés en situation irrégulière, seront poursuivit pour « incitation à la révolte ».
Un rapport de la commission européenne sur les centres de rétention a conclu que le France ne respecte pas les obligations de droit à la personne, cela expliquant la révolte du centre de Vincennes.
En Martinique, la préfecture rejette quasi systématiquement la régularisation des étrangers sur le territoire pour vie privée et familiale, et délivre de moins en moins de cartes de séjour d’une validité de 10 ans, au profit de cartes d’une validité d’un an et ceci dans le seul but d’un « meilleur » contrôle des étrangers.
Contre ces états de fait, un rapprochement fraternel des pays de la Caraïbe, permettrait une meilleure aide et défense de ses ressortissants immigrants dans les différents pays de la zone.

C’est dans ce but, qu’une association a vu le jour en 1995 : L’ ASSOKA.
L’ objectif de cette dernière est de s ’engager auprès des personnes victimes en tant que partie civile, de s’impliquer dans l’animation du « collectif de la défense des droits des caribéens en Martinique. », d’ informer et sensibiliser la population aux problèmes rencontrés par les immigrés en Martinique, et de former en continu ses membres et adhérents.

L’engagement aux côtés des victimes en tant que partie civile
Depuis sa création l’Assoka ne cesse de dénoncer des dysfonctionnements du service des étrangers de la préfecture de la Martinique : passe-droits, décisions arbitraires et non respect de la réglementation sont légion. En mai 2006, une procédure judiciaire, mettant en cause des fonctionnaires dudit service, est engagée.   La presse a alors révélé la corruption et les exactions de ces représentants de l’état.    S’en est alors suivit une politique ultra répressive refusant systématiquement des titres de séjours aux étrangers, même à ceux qui devraient en bénéficier de plein droit. De ces « nouvelles » procédures, découlent alors des situations de grande précarité. Afin de venir en aide aux communautés étrangères en Martinique, L’ASSOKA décide alors en septembre 2006, de créer un collectif.

 

Le collectif de défense des droits des caribéens en Martinique.
Ce collectif constitué d’associations, syndicats et de citoyens soutenus par plusieurs avocats, tient des permanences d’accueil et d’aide aux démarches administratives.
L’Assoka en son sein est chargé de la coordination et du secrétariat.

Information et sensibilisation aux problèmes des immigrés en Martinique.
L’ASSOKA, communique par voie de presse, conférences, ou tracts. Certains membres participent aussi à des émissions de télévision ou de radio, afin d’informer la population sur les problèmes rencontrés par les étrangers en Martinique. Des coalitions ou rencontre avec d’autres associations ou partenaires, permettent aussi de mener à bien de nombreuses actions.

Formation des membres du l’association.
 Au vu des modifications de lois et directives successives, l’ASSOKA assure une information et une formation continue afin de réactualiser les connaissance de ces membres afin de répondre aux mieux aux attentes des personnes étrangères en difficulté.

2 réflexions au sujet de « L’ASSOKA »

    Cineus a dit:
    05/05/2017 à 18:55

    Bonsoir je sais pas si je dois parler de ça ou pas. Mais je vais le faire j’espère que je me suis pas trompé d’adresse. Voilà j’ai eu un enfant avec un sans papier et moi je vais avoir mon titre de séjour bientôt. Mais comme il est sans papiers on veut le renvoyer dans son pays. Moi je veux pas qu’il part car il a sa famille ici. Qu’est ce que Je peux faire pour l’aider à obtenir un titre de sejour svp. Sa famille a bessoin de lui et son enfant a bessoin de lui à ses côtés

    J'aime

    credo a dit:
    09/06/2017 à 15:20

    je suis congolais et j’ai demande de l’aider personnel pour l immigration au Canada !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s