INFECTION VIH : LA VULNERABILITE DES FEMMES

Publié le

Face à l’infection VIH les femmes constituent un groupe vulnérable à plusieurs titres :
physiquement plus exposées, elles sont souvent économiquement, socialement, émotionnellement ou culturellement dans l’impossibilité d’exiger la protection de leurs rapports sexuels.

La transmission du VIH se fait en Martinique principalement par voie sexuelle, et le plus souvent à la suite de rapports hétérosexuels : c’est le cas pour 9 femmes sur 10 .
On considère aujourd’hui que les femmes constituent un groupe vulnérable à plusieurs titres :biologiquement, le risque de contamination de la femme lors d’un rapport hétérosexuel serait au moins deux à quatre fois supérieur à celui encouru par l’homme.
En effet, la muqueuse vaginale est fragile et la concentration du virus est plus importante dans le sperme que dans les sécrétions vaginales, de plus le sperme peut rester plusieurs jours dans le tractus génital féminin.
Les rapports pendant les règles, l’immaturité du col pour les femmes les plus jeunes, la période suivant l’accouchement, les autres infections sexuellement transmissibles (IST), la ménopause qui fragilise les muqueuses, les rapports traumatisants ou non désirés dans lesquels la lubrification est insuffisante et qui favorisent les micros lésions sont autant d’autres facteurs biologiques accentuant la vulnérabilité des femmes.
   Physiquement plus exposées, les femmes peuvent être économiquement, socialement, émotionnellement ou culturellement dans l’impossibilité d’exiger la protection de leurs rapports sexuels. Par amour, par peur de la séparation, de l’insécurité financière ou de la solitude, certaines femmes pour garder leur partenaire sont prêtes à accepter des relations à risques non protégées. La puissance sociale et économique qui permettrait aux femmes de négocier la fidélité ou l’usage du préservatif leur fait défaut et elles sont exposées, dans le domaine de la
sexualité, au pouvoir prédominant des hommes, voire parfois à leur violence. Ainsi de nombreuses femmes contractent-elles le VIH, tout simplement parce que leurs partenaires ne les informent pas de leurs comportements à risque ou de leur statut sérologique.

    A l’UFM, face à ces inégalités, nous avons fait le choix d’axer le travail du Groupe VIH et IST sur le thème Femmes et Sida.
Un travail en commun de prévention et d’information avec d’autres associations est réalisé autour de la journée du 1er Décembre et se prolonge tout au long de l’année.

Leïla A.  juin 2009

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s