Une nouvelle provocation sexiste. Jusqu’où iront les magasins pour faire parler d’eux ? 2011

Publié le Mis à jour le

Toute la semaine dernière, dans la vitrine du magasin de vêtements pour jeunes nouvellement ouvert à la Galleria, la boutique « Pardon », 3 mannequins :
– Un premier homme debout, la braguette du pantalon ouverte, laisse largement apparaitre son caleçon où est dessinée au milieu une grosse banane jaune.
– Devant lui, agenouillée et tournée vers lui, un mannequin femme portant un tee-shirt sur lequel est écrit « prends-moi !!!», et une culotte apparente avec une tache rouge.
– Derrière la femme, un autre homme avec un tee-shirt portant la mention « Ministère de la défonce » CRS (citron rhum sucre).

Nous remercions les femmes et les hommes qui nous ont alertées, choqué-es par cette scène dans la vitrine.

 

Cette mise en scène présente une nouvelle fois la femme comme objet sexuel, centré sur la satisfaction sexuelle de l’homme, ici de 2 hommes.
Elle banalise aussi sciemment des scènes sexuelles auprès des jeunes, dans un lieu public, visible par toutes et tous de tous âges.
Tout cela en pleine campagne 2011 pour l’élimination des violences envers les femmes en Martinique, organisée par la Délégation Régionale aux Droits des Femmes avec le concours des associations luttant contre les violences envers les femmes, et dont le thème était la dénonciation des violences sexuelles ;

Cette campagne nous a permis de commencer à sensibiliser à propos de l’impact de l’hyper sexualisation de la société sur le comportement de tous les jours des jeunes.
Cette influence des médias sur leurs attitudes et leurs comportements a été très largement démontrée pour ce qui a trait à la violence, aux troubles alimentaires, à l’image corporelle chez les filles, à l’usage du tabac et à la consommation d’alcool.

Il en est de même pour l’impact des images stéréotypées à caractère sexuel qui leur sont sans cesse imposées à travers les médias, la musique et la mode : publicités,  vêtements, clips, accès à la pornographie facilité …

Une autre publicité passe en ce moment sur les ondes.

Elle recommande aux hommes de jeter leur ancienne (femme ? voiture ? on se demande) parce qu’elle est trop vieille, ne sert plus à rien, pour en prendre une plus jeune et plus jolie.

Il y a quelques semaines, nous nous insurgions publiquement contre des publicités concernant l’une une voiture, dont les courbes étaient comparées aux fesses d’une femme, l’autre un grand hôtel de la place qui surfait sur l’affaire DSK en présentant ses femmes de chambre comme disponibles dans des postures équivoques, et enfin une agence de publicité qui sous couvert de dénoncer les pub sexistes en présentait une.

Nous assistons donc chez nous à une recrudescence de ces publicités sexistes, alors même qu’on en souligne le danger et les conséquences.

Et tout cela pour les intérêts mercantiles de commerçants, mais d’une façon plus générale du capitalisme qui se sert de la femme pour faire vendre davantage, au mépris de la dignité des femmes.
Tout cela nourrit auprès de la population et des jeunes en particulier l’idée que les femmes sont une marchandise comme une autre, à consommer et à jeter après usage, et concourt à toutes les inégalités et les violences que vivent les femmes dans nos sociétés.

On pourrait penser que les adultes sont capables d’analyser et de faire la part des choses, mais est-ce vraiment le cas ?

Tout cela brouille le jugement des jeunes, et conduit à faire baisser les barrières pour l’exercice plus précoce d’une sexualité adulte, sur des modèles de domination masculine et de vision erronée du rapport amoureux et d’une sexualité épanouie.
Ce qui entraîne les harcèlements et agressions sexuels de la part des jeunes garçons envers les jeunes filles, et des comportements qui se poursuivent à l’âge adulte s’ils ne sont pas remis en cause.

Ce sont vraiment les modèles que nous voulons pour nos jeunes, c’est vraiment ce que nous voulons pour notre société martiniquaise ?

NON ! et nous pensons que beaucoup d’autres personnes comme nous pensent NON !

 

Alors, on pourra nous taxer de manque d’humour, d’être rétrogrades, mais nous disons :
– Dénonçons tous et toutes les images sexistes qui se distillent à travers tous ces actes au quotidien, qui banalisent la domination masculine.
– Dénonçons ces commerçants qui participent consciemment aux violences faites aux femmes, aux violences sexuelles, au viol en banalisant ces messages, ces images auxquelles nos jeunes s’identifient, bref, en banalisant la domination masculine.
– Nous avons un pouvoir de consommatrices-consommateurs pour faire que les publicitaires et autres commerçants changent de registre pour des messages plus respectueux des femmes
– Discutons avec nos enfants pour les conscientiser, leur apprendre à avoir l’esprit critique et à refuser toute attitude violente, dégradante, irrespectueuse.
– Nous disons toutes et tous NON à cette marchandisation du corps des femmes et du rapport amoureux

Union des Femmes de la Martinique – décembre 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s