Wangari MAATHAI : prix Nobel de la paix en 2004

Publié le

Née en 1940 à Nyeri au Kenya, elle est la première femme africaine et écologiste à recevoir le prix Nobel de la Paix, Wangari Maathai a lutté pour le retour à la démocratie dans son pays en plantant des arbres.

Née dans les hautes terres verdoyantes au pied du mont Kenya, Wangari Maathai apprend à aimer la nature dès sa plus tendre enfance. Fille de modestes paysans, elle est scolarisée dès l’âge de 7 ans grâce à l’intervention de son frère qui persuade ses parents de l’envoyer à l’école. Elle se révèle une excellente élève. En 1960, elle obtient une bourse et part poursuivre ses études au Kansas (Etats-Unis). De retour au Kenya en 1966, elle enseigne la médecine vétérinaire à l’université de Nairobi où elle est la première femme à posséder une chaire de professeur.

Choquée par le déboisement intense qui entraîne la désertification de sa région natale, autrefois si luxuriante, Wangari Maathai s’inquiète du sort des paysannes contraintes de faire des kilomètres pour trouver du bois et confrontées à l’appauvrissement du sol dont elles dépendent pour nourrir leurs familles. En 1977, Wangari Maathai crée le Green Belt Movement (MGB : « Mouvement de la Ceinture verte ») et se lance dans un combat pacifique mais très actif contre le gouvernement despotique et corrompu de Daniel Arap Moi, président kenyan de 1978 à 2002. Elle se bat contre l »urbanisme galopant, imposé par l’industrie touristique, et contre l »introduction de plantes exotiques qui épuisent les sols.

Dans les années 1990, son obstination lui vaut de connaître à plusieurs reprises les affres de la prison. Divorcée du député Mwangui Maathai, qui la jugeait trop « éduquée » et « incontrôlable », cette mère de trois enfants devient une icône pour les femmes dans sa condition qui assument le déshonneur d’un abandon parce qu’elles ont eu le courage de leurs convictions. Ni les persécutions de l’ancien gouvernement kenyan, ni les nombreuses menaces de mort qui lui ont été adressées, ni même le rejet de son époux n’ont entamé la détermination de cette pasionaria noire. En 30 ans, le MGB a permis de replanter près de 40 millions d’arbres et a créé plus de 100.000 emplois dont la plupart ont été attribués à des femmes. En 2002 – date de la défaite de Moi à la présidentielle – Wangari Maathai est élue députée au Parlement kenyan. Un an plus tard, elle fait partie du cabinet du ministre kenyan de l’Environnement et des Ressources naturelles. Elle reste néanmoins une femme de terrain, s’aventurant sur de nouvelles voies comme la prévention du sida.

Elle décède en 2004.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s