Flora TRISTAN (1803-1844) écrivaine engagée et révolutionnaire

Publié le

Flora Célestine Thérèse Tristan Morcoso dite Flora Tristan en née en 1803. Elle est fille d’un noble péruvien et d’une française, épouse du graveur André Chazal et grand-mère de Gauguin.
La “paria” comme elle se définit elle-même prend place dans la première moitié du XlXe siècle dans la série des penseurs sociaux. Ecrivaine, romancière, polémiste et journaliste reportrice, elle dévoile tout son talent à travers des enquêtes précises et minutieuses portant sur les salaires, la condition ouvrière (travail et misère).
A travers ses” pérégrinations” elle étudie la France, l’Angleterre, le Pérou et partout défend des revendications d’égalité: l’égalité dans l’éducation, la formation professionnelle, les droits juridiques de la femme (droit au divorce, au statut de chef de famille).
C’est une militante politique engagée dans le socialisme. Elle est à l’origine de l’Union des Travailleurs. Elle se fait l’avocate des ouvriers anglais et français et des paysans péruviens. Elle participe à la lutte contre l’esclavage.
Elle dénonce la situation d’esclavage dans laquelle sont maintenues les populations noires dans les Amériques.
Marquée par ses difficultés conjugales, elle est une fervente défenderesse du divorce. Pour diffuser ses idées, elle part pour un tour de France à l’image de celui des Compagnons. Elle meurt d’épuisement à Bordeaux à l’âge de 41 ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s